Le Honda Classic: Choix fantastiques, classements de puissance et analyse

Par Brian Mull * Février 25, 2020
Partagez ceci

 Joe Skovron, Rickie Fowler
Notre initié fantastique Brian Mull explique pourquoi vous devriez vraiment essayer de verrouiller Rickie Fowler cette semaine au Honda Classic. Crédit: Joe Camporeale – USA TODAY Sports

NOTE DE LA RÉDACTION: Brian Mull est un ancien caddie qui a passé plusieurs années à marcher aux côtés des meilleurs joueurs du monde sur le PGA Tour. Tout au long de la saison 2019-20, il déposera une pièce de choix de golf fantastique hebdomadaire — ainsi qu’une pièce de choix de jeu — en appliquant les connaissances d’expert qu’il a acquises au fil des ans en suivant de si près les joueurs et les parcours en tournée.

Les meilleurs joueurs du monde retournent dans le fuseau horaire de l’Est cette semaine, se dirigeant vers les tombes aquatiques familières du parcours des Champions nationaux de la PGA pour la Classique Honda.

Un terrain plat, des verts des Bermudes et des vents réguliers sous un soleil abondant attendent le terrain de 144 hommes sur le par-70, tracé de 7 125 verges, qui comprend le tristement célèbre Piège à ours, un tronçon perfide couvrant les trous 15, 16 et 17 — et jonché d’opportunités de catastrophe.

LIRE: 14 des meilleures « brûlures » que vous avez entendues sur le terrain de golf | Règles non écrites de caddying

Seuls six des 20 meilleurs joueurs au monde ont choisi de passer la semaine à Palm Beach Gardens, en Floride. et affrontez un parcours des Champions qui est régulièrement l’un des plus difficiles du PGA Tour. L’année dernière, dans des conditions bénignes, le parcours a atteint une moyenne de coups de 71,06 et il n’y a eu que 53 rondes sous la normale le week-end.

Les concurrents peuvent s’attendre à un défi plus sévère cette semaine.

Ceux qui ne connaissent pas la disposition auront une tâche difficile car après avoir joué des tours d’entraînement avec le vent typique du sud et les températures des années 80, de l’air plus frais arrive dans le sud de la Floride avant le tour d’ouverture, produisant des bas dans les années 40 supérieures et des hauts dans les années 60 supérieures et 70 inférieures. Plus important encore, en ce qui concerne le pointage, le vent devrait souffler de 10 à 15 mi / h du nord et du nord-ouest, ce qui signifie qu’il poussera les balles vers les dangers d’eau susmentionnés qui protègent le côté droit des fairways et des greens sur les quatre derniers trous. (Le numéro 18 est un par 5).

Pas différent de vous et moi, l’eau rend un professionnel de golf nerveux. Contrairement à vous et à moi, les joueurs d’élite du jeu sont convaincus qu’ils peuvent récupérer le par de la plupart n’importe où autour du green si leur balle repose sur l’herbe ou se trouve dans le sable.

Les balles immergées sous l’eau entraînent des tirs lâchés pour nous tous. L’évitement des bogeys est une statistique au premier plan de la prise de décision cette semaine.

EN SAVOIR PLUS: Le guide définitif pour faire basculer un caddie / 23 caddies hilarants

Car il n’y a que deux par 5 sur la mise en page, les scores par-3 et par-4 ont également été pris en compte dans l’équation cette semaine. La puissance est importante et avec le rough dans la plage de deux pouces, les frappeurs les plus longs devraient pouvoir manœuvrer autour du parcours, en supposant que leurs balles fétides restent sur la terre ferme. Les joueurs qui maîtrisent leur jeu de fer de 150 à 200 verges ont également reçu une attention particulière cette semaine.

Essayez de jongler avec votre alignement, si possible, pour favoriser la vague du matin le jeudi et le vendredi, bien que les températures plus fraîches tôt pourraient nuire à leur avantage typique.

Classements de puissance des golfeurs

25. Russell Knox – S’est battu chez Honda depuis des top 3 consécutifs lors de son parcours mondial exceptionnel en 2014 et 2015, mais il reste un joueur de fer d’élite, se classant 16e sur les greens en règlement et 17e sur SG: approchez le green cette saison. Mène également le champ de cette année dans cette dernière catégorie au cours de ses 20 derniers tours au PGA National.

24. Stewart Cink – Se sent comme une valeur sûre pour jouer le week-end avec 11 coupes effectuées en 12 départs Honda. Natif de l’Alabama connaît son chemin dans les herbes du sud et son jeu de fer a été au point en 2019-20, se classant 18e dans SG: approach the green.

23. Wyndham Clark – Détenait la tête de 54 trous il y a un an, a joué 72 lors de la ronde finale et a terminé T-7. Les statistiques ne sont pas impressionnantes – 172e au score par-4, 209e au SG: approche du green – mais le jeu prend son envol avec des top 20 à Pebble Beach et Riviera lors de ses deux derniers départs.

22. Kyoung-Hoon Lee – Après le top 15 à L.A. et Porto Rico, il revient chez Honda, où il a battu le par dans les trois premiers tours l’année dernière et a terminé septième à égalité. Terminé T5 au RSM Classic sur les verts des Bermudes pour ouvrir la saison 2019-20.

21. Jhonnattan Vegas – Roule sur Honda tout juste après un 62e tour final brûlant à Porto Rico pour remporter son premier top 10 de la saison. A bien performé au PGA National dans un passé récent, terminant T-4 en 2017 et T-16 l’an dernier. Bombarde le pilote (307,7) et se classe parmi les 40 premiers en tournée dans les greens hit.

20. Luke List – Toujours à la recherche de son premier top 10 en 2019-20, mais trois top 35 consécutifs donnent de l’espoir qu’il est à la hausse. A eu une grande chance de gagner la Honda en 2018, terminant deuxième en solo, et également à égalité au 10e rang en 2016. Un résident du sud de la Floride s’est bien débrouillé chez Honda, se classant deuxième parmi le peloton dans SG: autour du vert.

19. Bud Cauley – S’il peut figurer sur les greens nationaux de la PGA (82e au classement SG: putting chez Honda cette année), Cauley est un cheval noir à la hausse cette semaine après avoir terminé T-12 il y a un an. Il est 20e au classement par-3 et ses statistiques de frappe sont solides sur la saison, ce qui lui permet de grimper au 66e rang du classement de la Coupe FedEx.

18. Keith Mitchell – L’année a été calme pour le champion en titre et son fidèle caddie, Crunchy Pete, mais ils ont quitté la Californie sur une bonne note, brisant le par dans six des huit derniers tours. Espérons que les bonnes vibrations amélioreront une terrible moyenne de score par-3 (3.11).

17. Byeong Hun An – Après avoir conclu avec un 65 au Mexique, il arrive à une disposition nationale de la PGA qu’il a appréciée ces deux dernières années, tirant par ou mieux dans six des huit tours et affichant T-5 en 2018. Se classe 22e sur le Circuit en moyenne de points par-4 (3,95).

16. Lee Westwood – A gagné à Abu Dhabi plus tôt cette année et a grimpé au 30e rang mondial. N’a pas joué chez Honda depuis 2015, son jeu correspond toujours à une disposition exigeante et venteuse comme les Champions nationaux de la PGA où il n’est pas nécessaire de devenir fou avec le putter. A eu trois top 10 de 2010 à 2013 dans l’événement.

15. Viktor Hovland – À la surprise de personne la semaine dernière, il a rejoint ses camarades de classe rookie Wolff et Morikawa en tant que champions du PGA Tour. La victoire n’est pas venue avec une invitation Masters, bien que son classement mondial amélioré mette l’objectif à portée de main. La sensation norvégienne est 14e au SG : approche du green et 22e au score par-4. Il est également le top 3 de la proximité des tirs d’approche de 150 à 175 et de 175 à 200 verges.

14. Talor Gooch – A bien joué le par 4 cette saison (3.97), a terminé T-20 chez Honda l’an dernier et a effectué 10 coupes consécutives, terminant T-10 à Riviera la dernière fois.

13. Brooks Koepka – Difficile de savoir exactement où se trouve Koepka en ce qui concerne la forme et, plus important encore, la santé de son genou réparé chirurgicalement. Au moins, les Champions de la PGA sont plats en Floride. À égalité au deuxième rang chez Honda l’an dernier, son quatrième a fait une coupe en cinq essais.

12. Justin Rose – N’a pas été aussi vif (conduit? concentré? faim ?) depuis qu’il a remporté la Coupe FedEx en 2018, qu’il s’est séparé de son caddie de longue date Mark Fulcher et qu’il est passé de TaylorMade à Honma clubs. Retour chez Honda pour la première fois depuis 2015, mais il y a un passé positif, avec un trio de top 5 de 2010 à 2013. Malgré la lenteur récente, il est un joueur de classe mondiale à un coup de trouver son groove.

11. Matthew NeSmith – Faisant ses débuts chez Honda, cependant, natif de North Augusta et diplômé de l’Université de Caroline du Sud devrait se sentir à l’aise sur les surfaces de putting des Bermudes. La confiance monte en flèche avec trois top 20 lors des quatre derniers départs, dont un meilleur T-6 en carrière la semaine dernière à Porto Rico.

10. Ryan Palmer – Parmi les joueurs du Honda field de cette année, Palmer est quatrième au total des coups gagnés, compilés au cours de ses 30 derniers tours. Pendant ce tronçon, il a affiché une paire de top 5 et n’a raté la coupe qu’une seule fois. Ne laissez pas la gaffe du 72e trou à Hawaii et l’incident du bunker à Riviera éclipser une saison solide – cinq top 25 en huit départs.

9. Daniel Berger – Natif du sud de la Floride redécouvre la touche après les top 10 à Scottsdale et Pebble Beach lors de ses deux derniers départs. A terminé deuxième chez Honda en 2015 et dans le top 40 chacune des deux dernières années. Il est dans le top 25 des moyennes de troisième et quatrième rondes cette saison.

8. Erik van Rooyen – Eh bien, il est sur notre radar maintenant après un impressionnant T-3 au Mexique alimenté par 72% des verts en temps réglementaire. La confiance tirée de la performance impressionnante devrait l’emporter sur toute méconnaissance qu’il a du parcours lors de ses débuts chez Honda.

7. Harris English – PGA National exige des frappes de balle solides et l’anglais frappe 77% des greens, ce qui devrait créer un avantage sur un parcours où le terrain n’avait en moyenne que 10,5 GIR par tour l’année dernière. Mène le tour en évitant les bogeys. Il a écrasé les par 4 toute la saison (3.91, 3e) et a terminé T-12 dans la Honda il y a un an. Premier départ depuis le T-16 à Scottsdale.

6. Harry Higgs – J’adore l’attitude de cette recrue et son jeu n’est pas trop minable non plus. Il est troisième sur le PGA Tour en moyenne de score par-4 (3.91) et après avoir grimpé à la 37e place de la Coupe FedEx, il devrait se voir offrir de nombreuses opportunités de jeu. A enregistré le top 25 à ses trois derniers départs, sur la côte ouest.

5. Louis Oosthuizen – S’est épanoui sur des parcours difficiles tout au long de sa carrière, terminant dans le top 25 lors de ses deux derniers départs Honda en 2017 et 2018. La semaine dernière, il a eu du mal à frapper des balles (56% des greens touchés), mais il a tout de même réussi à faire 17 birdies en 72 trous.

4. Billy Horschel a frappé 34 des 36 greens du week-end au Mexique, il est donc prudent de dire qu’il frappe pur. S’il peut gérer les difficiles par 3 sur le parcours des Champions (143e sur le Circuit en moyenne de points par-3), le Florida Gator devrait être en quête d’une sixième victoire en carrière, aidé par un beau 68.43 moyenne de points au tour final (20e).

3. Gary Woodland – A joué solide la semaine dernière (T-12) et a eu une chance chez Honda en 2017, terminant deuxième avec un total de 8 sous. Il est cinquième dans SG: approchez le vert au PGA National parmi les joueurs de cette année. La joie de la victoire de l’US Open devrait s’estomper et sa puissance est une arme pratique pour créer des coups d’approche plus courts cette semaine.

2. Tommy Fleetwood – J’étais peut-être une semaine plus tôt pour prédire une victoire à l’affable anglais. Ce n’est pas comme s’il avait mal joué au Mexique, brisant le par dans les quatre rondes et atteignant 65% des greens. Apprécie le défi de la PGA National, terminant quatrième à sa première apparition sur Honda en 2019.

1. Rickie Fowler – Il s’est récemment senti chez lui sur le circuit national de la PGA, menant le peloton au chapitre des coups gagnés au cours des 30 derniers tours Honda, gagnant en 2017 et terminant T-2 l’an dernier. Joueur de vent fort avec une paire de top 10 en quatre départs cette année. Devrait se sentir frais, faisant son cinquième départ de 2020 et le premier depuis T-37 à Scottsdale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.