Salubrité de la viande de cheval

Rôle de l’industrie

Il incombe à l’industrie de s’assurer que toute la viande vendue au Canada est salubre, comme l’exigent la Loi et le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (LSAC et RSAC) et la Loi et le Règlement sur les aliments et drogues (LAD et RAD).

Rôle de l’ACIA

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) travaille en étroite collaboration avec l’industrie de la viande pour s’assurer qu’elle comprend et respecte les exigences fédérales en matière de salubrité des aliments.

L’ACIA vérifie la conformité par:

  • effectuer des inspections quotidiennes dans tous les établissements d’abattage agréés par le gouvernement fédéral
  • tester au hasard la viande pour la présence de pesticides, de contaminants environnementaux et de résidus de médicaments dans le cadre d’un programme national de surveillance
  • observer les animaux avant l’étourdissement et après l’abattage pour déceler des signes cliniques de conditions telles que l’arthrite, ce qui peut indiquer que l’animal a peut-être été traité avec de la phénylbutazone

Phénylbutazone (« bute »)

La phénylbutazone est un analgésique et un anti-inflammatoire couramment utilisé pour traiter la boiterie chez les chevaux. Il appartient à la classe des médicaments appelés « anti-inflammatoires non stéroïdiens. »

Santé Canada réglemente l’utilisation des médicaments vétérinaires au Canada. La phénylbutazone est approuvée par Santé Canada pour être utilisée chez les chevaux, mais n’est pas approuvée pour être utilisée chez les animaux destinés à l’alimentation (y compris les chevaux abattus pour la consommation humaine).

L’agence a une tolérance zéro pour la phénylbutazone dans les aliments et surveille les résidus de ce médicament et d’autres médicaments vétérinaires dans les aliments.

Si l’agence détermine qu’il peut y avoir un problème de salubrité des aliments lié aux résidus chimiques dans un produit particulier, l’agence enquête et prend les mesures appropriées en fonction du risque pour la santé humaine. La décision de procéder à un rappel d’un produit contenant un médicament vétérinaire non approuvé est fondée sur l’évaluation des risques pour la santé de Santé Canada.

Résultats des analyses de l’ACIA pour les résidus de phénylbutazone

Depuis 2002, l’agence teste régulièrement la phénylbutazone dans la viande de cheval.

Les résultats montrent un taux de compliance très élevé pour les résidus de phénylbutazone.

Mesures de protection en place pour vérifier qu’il n’y a pas de résidus de phénylbutazone dans la viande de cheval

En juillet 2010, l’agence a rendu obligatoire pour chaque cheval (national ou importé) présenté à l’abattage dans des installations équines sous réglementation fédérale canadienne d’avoir un registre de toutes les maladies, vaccinations et médicaments administrés au cours des 6 mois précédents. C’est ce qu’on appelle le Document d’information équine (EID).

Le Document d’information sur les équidés est requis en vertu du Règlement sur la salubrité des aliments au Canada. Chaque document doit être examiné et signé par un vétérinaire de l’ACIA.

Les chevaux présentés à l’abattage au Canada avec des EID incomplets ne peuvent pas être abattus pour la consommation humaine.

D’autres pays, y compris le Japon et les pays de l’Union européenne, effectuent leurs propres tests de viande de cheval importée du Canada. Le Canada est informé si des problèmes de salubrité des aliments sont relevés par ces pays importateurs.

Application de la loi de l’ACIA

L’industrie est responsable de prendre des mesures correctives si de la phénylbutazone est détectée dans la viande de cheval. L’agence dispose d’une gamme d’options d’application de la loi, y compris la destruction des produits, le rappel et la suspension de la licence, afin de s’assurer que l’industrie prend des mesures efficaces en réponse aux constatations sur les résidus.

Date de modification : 2020-01-20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.